Psychiatrie Infanto-juvenile

 

Un service de psychiatrie infanto-juvénile, pleinement engagé au sein du Groupement Hospitalier de Territoire.

 

Il comprend :

  • Un Service de psychiatrie infanto-juvénile (SPIJ) constituée d’une Clinique des Adolescents départementale,
  • Un Hôpital de jour Enfant,
  • Un Hôpital de jour Adolescent,
  • Une Unité de Diagnostic et de Traitement des Troubles Envahissants du Développement (UDITTED),
  • Des unités ambulatoires (Centre Médico-Psychologique (CMP),
  • Un Centre d’Activité Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP),
  • Une Equipe Mobile pédopsychiatrique,
  • Une équipe territoriale d’appui primaire de 0- 12ans (ETAP).


Il collabore au sein du Pôle de Psychiatrie infanto-Juvénile avec le secteur Handicap, constitué de :

  • La  Maison des personnes autistes du département d’Eure et Loir Docteur Jacques Constant (MDPA),  comprenant :
    • Un Institut Médico-Educatif (IME),
    •  Un Service d’Education Spécialisée et de Soins A Domicile (SESSAD) Adolescents et Jeunes Adultes (AJA) 14-24 ans.
    •  Un SESSAD Enfants et Pré Adolescents (EPA) 6-14 ans.
  • Le Centre d’Accueil Médico –Social Précoce (CAMPS) du Centre hospitalier de Chartres, rattaché au Pôle Femme Enfant, prenant en charge, dans le cadre d’une activité de consultation et d’expertise, des enfants porteur d’un handicap sévère, âgé de 0 à 6 ans.


Les enjeux de la prise en charge en psychiatrie infanto juvénile à Chartres et en Eure et Loir sont les suivants :

  1. Organiser les conditions de repérage précoce des troubles psychiques sur chaque territoire de santé ;
  2. Développer un accès rapide au diagnostic et à une prise en charge adéquate :
  3. Faciliter l’accès à une première consultation en réduisant les délais de rendez-vous en CMP ;
  4. Développer les pratiques avancées (premier entretien avec un infirmier compétent en psychiatrie) ;
  5. Favoriser la coordination des acteurs (médecins généralistes, psychologues, psychiatres, établissements médico-sociaux, professionnels de l’éducation nationale) en vue d’organiser la continuité du parcours de santé des personnes souffrant de troubles psychiques et d’éviter les ruptures de prise en charge.
  6. Développer les prises en charge ambulatoires notamment en travaillant sur le développement des possibilités d’aval.
  7. Favoriser les apprentissages et le parcours des enfants et des jeunes en situation de handicap, notamment en renforçant les partenariats entre les acteurs institutionnels, le secteur médico-social et les structures accueillant les enfants en milieu ordinaire ;
  8. Renforcer l’efficience du diagnostic et de l’accompagnement précoce de l’autisme ;
  9. Accompagner les parcours institutionnels, scolaires et universitaires afin d’éviter les ruptures dans le parcours de la prise en charge des enfants, adolescents et jeunes adultes tant sur le plan scolaire, éducatif que thérapeutique.


Parmi les projets en cours de déploiement au cours des années 2020 - 2024 figurent :

1 - La mise en place effective d’une équipe territoriale d’accueil primaire pour enfants de 0 à 12 ans (ETAP enfants).

Contexte et objectifs : Le dispositif « ETAP Enfants », porté par les trois secteurs de psychiatrie infanto-juvénile du département vient, avec la maison des adolescents pour les 12-21 ans, compléter l’offre ambulatoire dédiée à la population infanto-juvénile et améliore les réponses en termes de réduction des délais d’attente pour un premier rendez-vous, d’accueil rapide des situations de crises et de renforcement des prises en charge au CMP. L’objectif du « même panier de service », quel que soit le lieu de résidence des familles, implique l’implantation du même dispositif d’accueil pour enfants sur l’ensemble du territoire eurélien (Dreux, Chartres, Nogent-Le-Rotrou et Châteaudun). Le dispositif « ETAP Enfants » deviendra ainsi le guichet unique pour l’accueil de toute nouvelle demande adressée à la pédopsychiatrie concernant un enfant de moins de 12 ans. Cette organisation intégrée avec un maillage territorial permet de réduire de manière significative les délais d’attente pour un premier rendez-vous (Un accueil dans le mois qui suit la demande et dans la semaine pour les situations critiques) et de disposer d’un relevé unique pour cette activité d’accueil primaire sur l’ensemble du territoire.

2 - La mise en place effective d’une extension territoriale de la Maison Départementale pour Adolescents : « création d’une antenne MDA à Chartres »

Contexte et objectifs : La MDA fournit aux adolescents et acteurs concernés par l’adolescence des informations, des conseils et une aide au développement d’un projet de vie. Elle permet d’apporter une réponse de santé aux adolescents qui ne sont pas pris en charge dans les dispositifs traditionnels, de graduer les réponses apportées et  de n’orienter, auprès des unités de soins, que les jeunes qui relèvent de soins psychiatriques et qui feront dans ce cas l’objet d’un projet personnalisé de soins formalisé (PPS). De plus, elle coordonne les autres besoins de santé : consultations somatiques en lien avec les Centres Hospitaliers du département, planning familial, dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles (IST), d’addictologie, d’éducation nutritionnelle… 

Le projet d’extension et de couverture territoriale implique l’implantation d’une antenne de proximité à Chartres et de deux permanences d’accueil avancées au sein des villes de Nogent le Rotrou et de Châteaudun. Elles seront assurées par les équipes des antennes de Dreux et de Chartres.

Cette organisation offre, dans le cadre des  « permanences d’accueil »,  un accueil sans délai d’attente ou sur rendez-vous.  Elle contribue au dépistage précoce des jeunes les plus en difficultés et permet d’organiser leur accompagnement médico-psycho-social. La tranche d’âge ciblée est de 12 à 21 ans (accueil à partir de 11 ans pour les jeunes collégiens).

3 - Le projet d'extension Territoriale de l'Equipe Mobile de Psychiatrie de l'Enfant et de l'Adolescent

Contexte et objectifs: Le département de l’Eure et Loir nécessite la mise en place d’une équipe mobile départementale pédopsychiatrique coordonnée, couvrant deux axes (Chartres-Châteaudun et Dreux-Nogent le Rotrou) et travaillant aux fins de  complémentarité et de mutualisation des moyens.

Le projet d’équipe mobile prévoit quatre niveaux d’intervention :

  • La psychiatrie de liaison pour les enfants de moins de 16 ans (pédiatrie, autres services de soins somatiques, unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD)) ;
  • Les institutions sociales et médico-sociales et si besoin le domicile familial de l’adolescent ;
  • L’accueil primaire de situations de crise (but : offrir une alternative à l’hospitalisation) ;
  •  Les consultations post-crise avec ou sans hospitalisation initiale en pédiatrie dans l’attente d’un relai avec les dispositifs de prises en charge existants.
     

4 –  Le projet de regroupement  du service de Psychiatrie Infanto Juvénile à l’Hôtel Dieu

Contexte et objectifs: La vétusté des bâtiments situés sur le site Saint Brice et l’impossibilité d’une restructuration et /ou de nouvelles constructions dans ce périmètre géographique (plan local d’urbanisme) imposent l’engagement d’une réflexion en vue d’un regroupement des activités de ce pôle sur le site de l’Hôtel Dieu. Cette contrainte urbanistique offre l’opportunité d’une optimisation des ressources et moyens dédiés à la prise en charge des enfants et adolescents. Il s’agit, dans le cadre du projet d’établissement 2020-2024, de définir, en lien avec l’ensemble des acteurs impliqués et dans le cadre du schéma directeur immobilier, les perspectives d’une nouvelle implantation à terme. Les atouts en seront la mutualisation des moyens, la réduction du temps de transport et le renforcement de  la permanence de soins.

5 - Le projet d'Equipe Mobile d'évaluation des Troubles du Spectre de l'Autisme

Contexte et objectifs: L’accueil dans les structures sanitaires et médico-sociales s’est nettement renforcé et amélioré dans le département par la création, au sein de la Maison Départementale des Personnes Autistes (MDPA), d’un Service d’Education Spéciale et de Soins A Domicile (SESSAD) pour enfants de  6 à 14 ans (EPA) s’ajoutant à celui accueillant des jeunes de 14 à 24 ans (AJA). De plus, des dispositifs ressources autisme ont été mis en place au sein des Instituts Médico-Educatifs (IME).

Toutefois, l’orientation vers les unités d’évaluation demeure encore tardive, faute d’un développement du repérage précoce au sein des lieux d’accueil et de vie des enfants de moins de trois ans (crèches, nourrices, halte-garderie, domicile….).

L’objectif du « même panier de service », quel que soit le lieu de résidence des familles, implique la couverture de l’ensemble du territoire eurélien et ses différents bassins de population (Dreux, Chartres, Nogent Le-Rotrou et Châteaudun). L’équipe mobile sera en conséquence déployée sur l’ensemble du territoire et couvrira les bassins de Chartres, Dreux, Nogent-Le-Rotrou et Châteaudun.

Le repérage et le diagnostic de l’autisme sont de plus en plus précoces en raison de la présence, notamment de marqueurs comportementaux identifiables dès l’âge de 6 mois. A défaut d’un diagnostic fiable avant l’âge de 2 ans, la plasticité́ cérébrale importante chez le jeune enfant permet à l’intervention précoce d’apporter des modifications significatives de la trajectoire développementale de l’enfant et d’améliorer la qualité de vie au sein de la famille.

6 - La Création de 3 lits de centre d’accueil de crise sur l’unité temps de la clinique des adolescents

Contexte : Actuellement, la clinique des adolescents dispose de cinq lits d’hospitalisations à temps plein et comprend trois soignants le matin et l’après-midi et de deux soignants la nuit.

Il s’agit d’un lieu d’hospitalisation et de soins médico-psychologiques spécialisé dans les soins des jeunes présentant des troubles psychiques aigus insérés ou non dans une pathologie psychiatrique avérée et dont l’état nécessite une hospitalisation à temps complet. La séparation du jeune de manière transitoire avec son milieu familial permet à l’adolescent de mieux faire le point sur ses difficultés propres et ses relations familiales, souvent altérées à cette période ce qui conduit le médecin à mieux cerner la situation d’impasse du moment.

Il est constaté un manque de capacité de réponse adaptée en urgence devant des demandes très pressantes qui ne peuvent pas être accueillies en pédiatrie en raison de l’augmentation de la fréquence des troubles des conduites chez les préadolescents (9 à 13 ans).

Il s’agit, en l’occurrence, de promouvoir la création  de  trois lits de Centre d’Accueil et de Crise (CAC), qui permettra de fluidifier les parcours de crise dans les services de pédiatrie. La prise en charge sera différenciée et adaptée à l’âge de l’enfant.

Objectif :

- Développer l’offre de soins sur le département d’Eure et Loir ;

- Améliorer la fluidité des parcours de crise dans les services de pédiatrie.